30 septembre 2018 : Cohérence cardiaque pour les enfants

A la suite de la parution récente du livre de David O'Hare "Cohérence Kid" (ici), vous pouvez vous informer sur le site Cohérence info à propos du sujet "Cohérence cardiaque à l'école" et visionner les vidéos en ligne :
 
La "respiration guidée" à l'école (cohérence cardiaque pour les enfants) commence à beaucoup intéresser le monde enseignant. L'expérience dans l'académie de Poitiers a montré que les enfants qui pratiquaient à l'école avec leurs enseignants, montraient plus de motivation qu'un groupe témoin, plus de calme et de concentration favorisant l'apprentissage, et des relations interpersonnelles plus harmonieuses. Les enseignants, et même les parents, se sont montrés aussi très intéressés pour eux-mêmes et ont constaté qu'ils étaient moins stressés qu'avant l'expérimentation.
De mon côté, j'ai une expérience très satisfaisante de cette pratique avec des enfants accompagnés d'un de leurs parents en consultation individuelle. Je me sers d'un logiciel de cardiofeedback sur mon ordinateur, et d'un capteur externe que l'on positionne à l'oreille durant l'enregistrement. La vue de l'ordinateur intrigue toujours l'enfant dont je capte ainsi l'attention.
Lors d’une première séance avec un enfant, pour rassurer celui-ci et le mettre en confiance, je propose toujours au début au parent de mettre le capteur à son oreille et de voir le début de l’enregistrement. Au bout de très peu de temps, l’enfant demande lui-même à essayer. Je ne coupe pas l’enregistrement car tout va très vite, je n’ai pas le temps de mettre un marqueur non plus, mais je repère à quel moment se fait l'échange.
Je donne des explications à la portée de l'enfant lors de l'enregistrement de la variabilité de la fréquence cardiaque (VFC) en battements par minute, et tous deux observent la courbe en dents de scie appelée "chaos" lorsqu'aucun contrôle de la respiration n'est fait. Cela permet aussi de montrer la différence d'amplitude de cette VFC entre un adulte et un enfant de cet âge. L'enfant, tout comme le nourrisson, a une forte VFC par rapport à l'adulte.
 
Courbe

 

 Courbe du Chaos (en haut à gauche) : début et fin avec le parent, milieu avec l'enfant
 
Puis nous procédons à un deuxième enregistrement, cette fois en suivant une petite boule qui monte et qui descend selon que l'on inspire ou que l'on expire (métronome). La courbe devient alors très régulière, montrant des vagues identiques, si l'enfant arrive à respirer comme il faut. C'est la caractéristique de la cohérence cardiaque : une périodicité à fréquence fixe de la VFC , ce qui se produit quand on adopte le rythme de 6 respirations par minute pour un adulte, et d'environ 9 respirations par minute pour un enfant de moins de 10 ans.
Je citerai volontiers l'exemple de BJ (le nom est rendu anonyme pour des raisons évidentes de respect de la confidentialité). Après un échange de courriels avec la maman pour savoir quel est le souci avec son fils (essentiellement un débordement d'émotivité), ils viennent tous deux me consulter. BJ est visiblement là un peu contraint et très peu motivé. Il se balance sur sa chaise, est agité.
 Lors de cette première séance (en fin d'année scolaire, il est fatigué), j'ai fixé le métronome sur la fréquence de 3 secondes d'inspiration et 3 secondes d'expiration (Métronome 3/3), car je constate que l'enfant respire en moyenne à peu près à ce rythme (10 respirations par minute), et préfère ne pas le perturber avant de lui faire une leçon sur la respiration, comment se tenir (posture dos droit), comment ça fonctionne avec le muscle du diaphragme, en mettant mes explications à sa portée, et en donnant des indications à la maman pour qu'elle puisse l'aider elle aussi.
L'enregistrement montre peu de moments de cohérence cardiaque (moins de 25% de la séance), et une puissance spectrale (PS) moyenne faible (autour de 360ms2/hz) sur le schéma en haut à droite ci-dessous, où on constate une prépondérance de fréquences de type Sympathique (à gauche de la zone vert clair, ce sont les très basses fréquences du Système Nerveux Autonome Sympathique). Je ne vous expliquerai pas ici ce qu'est la PS, mais il faut juste savoir que c'est en lien avec l'amplitude de la VFC et que si on s'entraîne, elle va évoluer. Ce qui doit aussi évoluer, c'est le sommet de la courbe qui doit se centrer dans la zone vert clair (fréquence 0,10hz correspondant au rythme respiratoire de 6 respirations par minute) ou aller vers les hautes fréquences du Système Nerveux Autonome Parasympathique (à droite de la zone vert clair).
Ce qui m'amène à lui expliquer comment il va pratiquer à la maison pour s'entraîner et être meilleur la prochaine fois que l'on se verra. Je lui donne le défi d'être tout le temps dans la zone verte (cohérence la plus élevée sur le logiciel, en bas à gauche de la figure ci-dessous).
 
Courbe

 

Courbe de la VFC en respiration guidée 3/3 (en haut à gauche) lors de la 1ère séance
 
Je l'ai revu trois semaines plus tard, tout juste en vacances. Cette séance enregistrée (ci-dessous), toujours en présence de la maman, fait suite à une révision de la posture assise et de la respiration de BJ, puis à une pratique de la technique de relaxation de Jacobson (en gardant le contact avec lui pour qu’il garde la bonne posture et sente son corps). Je l’ai aussi fait s’allonger sur le futon qui me sert pour la pratique du shiatsu, et ai pratiqué quelques exercices de relaxation coréenne (légères secousses) pour détendre épaules, coudes et genoux. Je pense qu’il était totalement inutile de lui faire faire un enregistrement de CC quand il est arrivé, car je l’ai senti tendu et peu enclin à venir me voir, alors je voulais d’abord le détendre et lui montrer des exercices plus ludiques pour se relaxer. Le résultat est tangible sur la courbe.
 
Courbe

 

Courbe de la VFC en respiration guidée 5/5 (en haut à gauche) lors de la 2ème séance
 
On peut constater une nette amélioration de la courbe avec plus de 80% de la séance en cohérence cardiaque dont plus de 20% en cohérence très élevée (en vert). Cet enregistrement montre d’une part qu’il a travaillé sa respiration (il peut maintenant faire un rythme 5/5 !) et s’est entraîné (y compris tout seul, m’a dit la maman, sans tablette avec une montre), et que la séance que je lui ai faite l’a bien relaxé. L’amplitude de la VFC sur le tachogramme (en haut à gauche) est plus élevée (environ 25 bpm quand la CC est très élevée) et la PS est cette fois légèrement plus dans les fréquences du Système Nerveux Autonome Parasympathique,la moyenne étant aussi plus élevée à 1580ms2/htz (pour rappel elle était à 360 la 1ère fois).
 
Je le revois ensuite une séance juste avant la rentrée. Il s'est entraîné avec assiduité durant les vacances, même sans qu'on le lui dise, de façon autonome, ce qui est remarquable. Il a été bien motivé par les résultats visibles de la 2ème séance.
Sa maman a aussi associé d’elle-même une chanson dans la voiture, et elle lui demandait de l’écouter sans parler en faisant ses respirations, ce qui a agi comme renforçateur de la cohérence cardiaque. Je décide de lui lancer le défi de l’enregistrer sans qu’il regarde le métronome ni la pendule. Défi relevé ! Je l’aide quand même un peu avec ma main pour le guider puis l’abandonne assez rapidement. Il arrive bien à rester dans le rythme durant les 3 premières minutes mais après c’est plus difficile. Cinq minutes, c’est trop long à cet âge-là. Le pic de PS est plus fort à 2500ms2/Hz. C’est mieux encore que lors de la seconde séance. Et la courbe montre une majorité de fréquences du SNA Parasympathique.
 
Courbe

 

Courbe de la VFC en aveugle rythme 5/5 (en haut à gauche) lors de la 3ème séance avant sophrologie
 
Je fais alors une séance de sophrologie très proche de l’hypnose ericksonienne. Il est assis, dos droit, tête droite, mains posées sur les cuisses, pieds à plat bien en contact avec le sol, respiration calme. Je constate que jamais je n’aurais pu obtenir un tel calme en début de séance lors de la 1ère et de la 2ème séance…sacré progrès !
J’utilise une technique de sophrologie que j’adapte à son jeune âge (sophro-correction sérielle) afin de travailler sur son émotivité. Je lui fais imaginer une situation du passé où il a été en faiblesse et déstabilisé, et lui fais prendre conscience de ses réactions dans son corps (il se tortille sur la chaise, s’avachit, bouge et se tord les mains et les chevilles…), puis je lui demande ce qu’il peut faire pour changer ça et l’aide à se recentrer, se redresser et à retrouver la respiration de la cohérence cardiaque qui le stabilise. Je lui fais alors imaginer la réussite de la situation précédente, on refait le film pour une fin où il ressent la joie de la réussite. Je lui fais prendre conscience de son corps quand il est joyeux, on le sent plus vivant.
Puis je continue la séance en lui demandant d’imaginer  un exercice à l’école qu’il n’a pas réussi à faire malgré l’aide de la respiration pour relativiser l’échec scolaire. Je lui fais comprendre que ce n’est pas grave et lui fais répéter en leitmotiv « je ferai mieux la prochaine fois » (auto-hypnose) en lui demandant de bien se redresser et en respirant dans le rythme 5/5 de la cohérence cardiaque.
Je lui fais ensuite imaginer une autre situation qui lui pose habituellement problème, des moqueries de camarades de classe. Tout de suite son corps réagit à cette évocation, il se contracte, tête et épaules basses, s’agite, tape du pied, etc. Je lui en fais prendre conscience. Je lui demande ce qu’il peut faire pour changer ça. Tout de suite, il se redresse, pose ses mains et ses pieds et respire en Cohérence cardiaque ! Bon réflexe ! Je lui dis qu’il peut faire face à la moquerie, se redresser, affronter le camarade moqueur, remonter son front plutôt que faire tête basse…je le fais mettre debout, et gonfler sa poitrine en mettant les épaules en arrière, cou sorti au lieu d’être rentré, torse fièrement bombé, menton relevé, après lui avoir montré comment les animaux les plus forts intimidaient et faisaient fuir les animaux les plus faibles en « roulant des mécaniques ». Je n’hésite pas à le toucher au niveau de la tête, des épaules, de la poitrine, du dos, du ventre, pour bien ancrer la bonne posture en lui et montrer à la maman comment l’aider. Je le fais se rasseoir ensuite toujours bien droit et sûr de lui, en conscience et avec une respiration calme.
Nous faisons alors un autre enregistrement post-séance de sophrologie (cf ci-dessous). On regarde le tachogramme (VFC) et je lui fais prendre la respiration guidée par le métronome rythme 5/5. Il entre facilement en Cohérence cardiaque (CC), et je fais en sorte de le faire revisiter en pensée les émotions vécues lors de la séance de sophrologie en évoquant celles-ci , trois émotions, et il est à peine déstabilisé, même si la CC chute un peu, je l’encourage et elle remonte.  Je me suis aussi servie d’une situation positive lorsqu’il fait du sport, en lui faisant imaginer cette situation positive qu’il aime et où il réussit mieux que les autres. La CC a renforcé sa confiance en lui.
Et le résultat est excellent ! Il est à plus de 90% de CC dont plus de 25% très élevée, et  la PS est montée en moyenne à 4100ms2/Hz, et le pic de la courbe est du côté des hautes fréquences parasympathiques, et ce, malgré les émotions évoquées durant l’enregistrement! Il est fier de lui, car il sait maintenant qu’il peut assurer une meilleure gestion de son émotivité grâce à la CC et à sa posture,  et nous sommes fières de lui, sa maman et moi. Je suis certaine qu’il va faire une bonne rentrée, et je dois le revoir aux vacances de la Toussaint pour faire le point.
 
Courbe

 

Courbe de la VFC en respiration guidée rythme 5/5 (en haut à gauche) lors de la 3ème séance après
renforcement de la confiance en soi par la CC et la sophrologie