Mardi 23 mai 2017 : Partage de mon expérience en Reiki

Je voudrais partager ici mon expérience personnelle du Reiki, qui m'a amenée à devenir praticienne et enseignante (Maître Reiki) : j'ai entendu parler du Reiki pour la première fois en l'an 2000, alors que je ne connaissais même pas encore le Shiatsu. A l'époque, le Reiki ne m'a pas inspirée (et les personnes qui le pratiquaient et que je rencontrais non plus, trop « ésotériques » pour moi!). Sans doute n'était-ce pas le moment pour moi.

Puis, j'ai fait mes études de Shiatsu, et j'ai rencontré des collègues qui pratiquaient cette approche de l'énergie, et j'ai voulu essayer...Cela ne m'a pas non plus convaincue, je n'ai rien ressenti à l'époque, et j'allais même jusqu'à trouver que cette pratique était "douteuse". Il fallait sans doute que le temps passe, que je laisse aussi un peu en veilleuse mon esprit très cartésien d’ex-scientifique et informaticienne, et que mon expérience en Shiatsu s'accumule, pour pouvoir bien différencier ces deux "énergies" et pratiques...

Puis j'ai rencontré Anne Jamelot-Bonnaillie en 2012, sophrologue comme moi et aussi "Maître Reiki", suite à une formation que j'avais suivie de spécialisation en sophrologie sur les acouphènes qui donnait une liste de sophrologues ayant déjà été formés, et je me suis aperçue qu'Anne et moi étions voisines de villages à l'époque (depuis, nous avons déménagé toutes les deux, moi à Ploërmel, elle à Vannes). Je l'ai contactée et nous avons immédiatement sympathisé, ayant des vues assez semblables sur la vie et des objectifs qui nous ont semblé communs. Et puis, Anne est une mère de famille bien ancrée sur terre, et bonne vivante comme moi, de quoi nous entendre! Comme chacune avait d'autres "cordes à son arc" que la sophrologie, nous avons "échangé" nos savoirs faire, mais je refusais de recevoir une séance de Reiki, étant devenu méfiante envers cette pratique, même si j'avais toute confiance en Anne…

C'est alors qu'un événement d'ordre privé me fit changer d'avis...J'ai dû me faire opérer des yeux (cataracte et myopie l'été 2014) et cela m'a terriblement angoissée : peur de me tromper sur le choix du type d'implant, monofocal ou multifocal, peur de perdre la vue, peur de ne plus pouvoir me débrouiller seule durant le laps de temps entre les deux opérations, peur de ne plus pouvoir conduire ou d'être gênée pour le faire, peur de devenir dépendante, handicapée, etc…

Toute sophrologue que j'étais, je n'arrivais pas à calmer ces angoisses qui devenaient de plus en plus fortes au fur et à mesure que la date de la 1ère opération approchait. J'ai alors demandé à Anne de m'aider et je lui ai donné "carte blanche" pour utiliser la technique qu'elle penserait adéquate pour me calmer (sophrologie, EFT, Reiki...). Elle me fit du Reiki, et là...je suis sortie transformée de la séance et surtout...calmée immédiatement au niveau de l'angoisse! Ma sensibilité due à la pratique du Shiatsu (mais aussi naturelle) m'avait fait ressentir plein de sensations de circulation de l'énergie dans mon corps (et dans mon aura aussi, que j'arrive à percevoir en état de relaxation ou de méditation), et surtout l'angoisse s'était dissipée si vite que j'en suis restée ébahie et émerveillée. Avec le shiatsu, je n'aurais certes pas "réussi" à calmer une angoisse de cette façon, si spectaculaire, et je sentais que cette énergie Reiki était d'un autre ordre (fréquence plus élevée). J'ai alors demandé à Anne de continuer à m'accompagner en Reiki durant cette période préparatoire avant la première opération, pendant l'opération (à distance) et après pour une meilleure récupération de l'œil, puis idem pour la 2ème opération un mois plus tard.

Ensuite, une fois ma vision bien récupérée, je lui ai demandé de me former, tellement il m'avait semblé évident que je passais à côté d'une méthode formidable pour aider les gens, tout à fait complémentaire des autres "outils" déjà à ma disposition. Le jour de ma première "initiation", j'ai ressenti une énergie tellement différente et forte qui coulait par mes mains et qui me traversait le corps à partir de la tête, que j'ai su définitivement que l'énergie Reiki était différente du KI que je sentais circuler dans les méridiens lors d'une séance de shiatsu (énergie qui ne passe pas du tout par ma tête et mes bras, mais que je perçois par mes mains et qui est celle qui circule dans le corps de la personne)...

Mon interprétation est que le Reiki est l'énergie de vie à l'état brut, état indifférencié, alors que le KI circulant dans les méridiens est différenciée en énergie Yin et énergie Yang. Le Reiki serait l'énergie du Tao, l'énergie absolue Yin+Yang, avec cette dimension sacrée et spirituelle que savent donner les Orientaux qui ne séparent pas le corps de l'esprit, d'où le mot japonais "REI"(sacré, spirituel) associé au mot "KI" (énergie vitale) : REIKI = « énergie universelle de vie guidée spirituellement » (définition donnée par Nita Mokanu dans ses manuels de formation).

J'ai commencé par utiliser cette nouvelle énergie pour moi, en "auto-traitement", et cela m'a donné un tel "punch" (ou une telle « patate », au choix !) que je n'en revenais pas moi-même, puis j'ai tout de suite eu des amis et de la famille qui ont voulu être "cobaye", soit dans des séances "concrètes" où je posais mes mains sur leur corps, ou à une petite distance du corps (dans l’aura), soit à distance (la personne qui « reçoit » et celle qui « émet » ne sont pas en contact physique et sont séparées géographiquement) lorsque j'ai été initiée au deuxième degré de Reiki. Leur retour sur leurs ressentis a été très positif et m'a donné confiance dans ma capacité à "canaliser" le Reiki pour les autres...

C'est alors que je me suis lancée avec ma clientèle disposée à recevoir du Reiki, et que j'ai fini ma formation avec Nita Mocanu pour avoir le 3ème et 4ème degré afin de pouvoir l'enseigner (j'avais auparavant suivi la formation du 3ème degré avec Anne, et l'ai refaite avec Nita qui enseigne 3ème et 4ème degré dans la foulée, lorsque les personnes n'ont pas suivi tout le cursus avec lui).

Le Reiki, c’est l’énergie de l'Univers, de la Nature, de la Vie : c'est tout le mystère de la vie qui passe entre mes mains lorsque je "canalise" le Reiki, comme chacun peut le faire une fois "initié" dans une formation (c’est cela l’extraordinaire : il n’y a pas de « don » à avoir, c’est accessible à tous !), et c'est avec humilité et émerveillement que j'en suis « réceptrice » et « émettrice », sachant que le Reiki ne fait qu’emprunter mon corps pour passer, ma volonté n’y est pour rien si ce n’est de vouloir « canaliser » le Reiki, je ne « génère » pas le Reiki qui ne m’appartient pas.

Cette énergie est "intelligente" (« guidée spirituellement » selon les termes de Nita Mokanu) et autonome, comme seule la Vie EST. Je ne l'influence en rien : elle suit son chemin mystérieux d’abord dans mon corps-esprit (et au passage le Reiki me ressource, je ne peux pas m’épuiser !) et ensuite dans le corps-esprit de la personne à laquelle je « fais » une séance.

Je devrais plutôt dire que je me mets au service de l’énergie de vie qui me prend pour instrument afin d’accomplir son dessein mystérieux...et les effets vont toujours vers une évolution positive de la personne, même si cela passe souvent d’abord par un « nettoyage » qui peut donner les mêmes conséquences que l’ostéopathie, l’homéopathie ou le shiatsu (fatigue, etc.), effets qui peuvent être surprenants ou invisibles dans un premier temps...

Qui peut dire ce qui se passe vraiment quand une graine est semée, et qu'elle ne se met à germer qu'après des années de non-germination? Qui a donné l’ordre de germer ou l’impulsion du début de la germination? Mystère de la vie! Il en va de même pour les personnes qui reçoivent du Reiki : parfois, la seule chose qu'elles perçoivent, c'est une grande détente, du bien-être, mais pour le reste (souvent des symptômes que les gens voudraient voir disparaître), le temps fera son œuvre (germination? Non germination?) et cela peut être frustrant dans un premier temps.

C'est pour cela que je prends mon temps pour parler du Reiki, il faut que la personne soit "prête" à recevoir cette énergie, sans attente de "réussite" par rapport à sa demande très concrète (quelque chose d'indésirable pour elle qui la gêne dans sa vie et dont elle désire ardemment se débarrasser) : le Reiki intervient à tous les niveaux, du corps physique au corps le plus subtil, et parfois, même très souvent, c'est dans le corps subtil inconscient que cela se passe...parfois je suis capable de sentir où le Reiki fait son œuvre, parfois non, et même, c'est le plus souvent non! (Cela m'a amenée à lâcher-prise dans ma volonté de "faire du bien" et d'avoir des "résultats" : une bonne école de l'humilité!). Quant à la personne qui reçoit, c'est souvent seulement un état de relaxation apaisant qu'elle ressent durant et après la séance (ou parfois des sensations de chaleur ou de fraîcheur), et seules les personnes ayant de plus grandes capacités extrasensorielles ressentent plus...

Pour donner un exemple concret : une personne m'avait contactée pour savoir si le shiatsu pourrait aider une tendinite à l'épaule suite à une chute. (C'est une demande fréquente!) A l'époque, elle était sous anti-inflammatoire et je lui avais plutôt conseillé la sophrologie, évitant de faire du shiatsu quand la personne est sous anti-inflammatoires et que l'accident est récent, mais comme elle avait déjà une connaissance pouvant lui faire de la sophrologie, elle n'est pas venue. Deux mois plus tard, l'inflammation passée, mais la douleur toujours présente, elle me recontacte pour du shiatsu. Cette fois, je la prends en RV. Nous faisons une série de séances qui lui apporte un mieux-être, mais je "sens" que « ça bloque » autre part, sans pour autant savoir où, et le shiatsu me semble avoir atteint ses limites, alors je lui ai proposé de faire une série de séances en Reiki, ce qu'elle a accepté.

Les séances de Reiki ont été faites 4 jours d'affilée, comme il est conseillé de faire lorsque l’on n’a encore jamais reçu de séances de Reiki, pour mieux accompagner le processus de « nettoyage » (purification ?) engendré par le Reiki, qui peut déstabiliser temporairement la personne...et la conclusion est que cette dame a enfin lâché "le morceau" : sa tendinite à l'épaule l'empêchait d'aller faire une mammographie qu'elle anticipait de façon angoissée, car elle avait eu un cancer du sein quelques années auparavant, très bien soigné et à temps, et avait peur de récidiver, ce qu'elle m'a appris le 4ème jour seulement! Elle ne m'en avait jamais parlé auparavant, même dans les séances de shiatsu! Le Reiki a montré alors son efficacité en allant à la source de son problème, dans le corps subtil : elle entretenait inconsciemment son mal d'épaule pour ne pas aller à la visite de contrôle! Ce qu’un psychothérapeute appellerait un « bénéfice secondaire » de la douleur… La 5ème séance a permis de neutraliser les dernières angoisses et de l'amener enfin vers une évolution positive exempte d'angoisse, une acceptation des événements (envisager d’aller faire une mammographie de contrôle) et de sa vie émotionnelle (angoisse inconsciente). Le Reiki a été un levier ayant un effet "turbo" puissant sur la vie de cette personne.

Il est aussi fréquent que le Reiki apaise des gênes ou des douleurs autres que celles pour lesquelles la personne était venue consulter, et à la fin de la séance, la personne m'apprend qu'elle est soulagée de cela, mais pas de ce qu'elle voulait en venant me voir! Pied de nez du Reiki!

Quant aux formations que j’ai commencées à donner depuis que je suis maître Reiki (janvier 2016), elles me procurent une grande joie, celle de transmettre la capacité à « canaliser » le Reiki pour soi ou son entourage…et je suis heureuse de contribuer à mettre une petite pierre à l’édifice étonnant et remarquable du Reiki.

Pour finir ce témoignage, je partage ce lien internet qui donne une bonne idée de ce que le Reiki peut apporter, et j'espère que les réticences bien naturelles que notre esprit français très rationnel peut développer, seront un jour vaincues par des études scientifiques comme pour la Méditation de Pleine Conscience qui a le vent en poupe, et que le sérieux de la majorité des praticiens et maîtres Reiki en France aura gagné la confiance de tous, comme la sophrologie ou la méditation de pleine conscience en une quinzaine d'années, en particulier en donnant un accès à cette discipline dans les hôpitaux, ce qui est mon vœu pour le bien-être de tous dans un avenir que je souhaite proche.

http://sain-et-naturel.com/le-reiki-medecine-de-complement.html

 

Sylvie Carde, Ploërmel, le 23 mai 2017